Imprimer
Catégorie : Revue Foyers Mixtes
Affichages : 1020

Juliette arrive essoufflée et manifestement d'assez mauvaise humeur. - Il est marrant ton curé! Non seulement après des heures de discussion entre toi et moi j'ai été la plus souple et j'ai donné mon accord pour qu'on se marie à l'église. D'ailleurs je ne suis pas certaine que ce soit pour de très bonnes raison : je t'ai dit qu'avec tous les amis que nous avons et ta famille nombreuse, le temple serait trop petit.

Alors mieux valait l'église, quitte à disposer les chaises un peu comme on veut dans le chœur et dans la nef. Bref, ok : on ira à l'église. Mais maintenant j'en ai marre des paperasses. Il veut mon certificat de baptême et aussi un extrait de naissance et encore notre déclaration d'intention, d'ailleurs pas encore mise au net...

- Mais, Juliette, moi aussi je lui donne mon certificat de baptême et un extrait de naissance et la déclaration...

- Oui, mais tu es catholique toi ! Vraiment, c'est plus simple au temple. On aurait dû se marier au temple.

- Tu sais bien que grand'maman n'aurait pas mis les pieds au temple.

- Mais ce n'est pas elle qui se marie... C'est nous.

- Oui, mais il faut aussi tenir compte des autres, surtout grand'maman.

- Alors on se marie seulement à la mairie... ou bien on se marie successivement au temple puis à l'église. Comme cela il n'y aura pas de jaloux !

 

- Ecoute, Juliette, ne nous énervons pas. Le père Ouvert nous a dit qu'on ne peut pas faire deux mariages à la suite.

 

 

 

Document des Eglises 20.

 

Et puis je croyais qu'on était d'accord pour penser tous les deux que le passage à l'église ou au temple ajoute quelque chose après l'échange des consentements à la mairie. - Roméo, tu oublies : M. Laccueil a dit - c'était très clair - que c'est à la mairie que nous sommes mariés. Le passage au temple n'est pas nécessaire. En tout cas pour un protestant.

 

- Ça ajoute bien quelque chose ?

 

- Oui, je pense que c'est la bénédiction de Dieu qui est demandée sur notre couple.

 

- Et peut-être, ajoute Roméo, que c'est important que les paroissiens soient là pour nous entourer Pas seulement la famille et les amis, mais aussi les paroissiens. Juliette est redevenue plus calme. - Bon, ok, je demande mon certificat de baptême à Nîmes.

 

- Pourquoi à Nîmes ?

 

- Parce que c'est au petit temple de Nimes que j'ai été baptisée.

 

- Ah bon ! Alors pour moi, maman a dû demander à Grenoble.

 

- Sans doute. Tu as bien de la chance d'avoir une mère poule qui fait le boulot pour toi. Roméo sent qu'il vaut mieux détourner la conversation.

 

- Alors, sur les textes bibliques on est d'accord: le n° 14 et le n° ...

 

- Tu ne pourrais pas apprendre à dire les chapitres et les versets comme tout le monde : 1 Corinthiens chapitre 13 et Matthieu chapitre 19 ?

 

- Oui, ok. Mais il faut décider si on lit aussi le passage du Petit Prince. - Ou celui de Khalil Gibran. - Passe-moi le Recueil des textes non bibliques.

 

 

 

Document des Eglises 21.

 

- J'aime mieux le Petit Prince : " On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux ".

 

- Bon ! Alors on passe aux chants. Moi j'aime bien celui de Dominique Ombrie : " Seigneur rassemble-nous dans la paix de ton amour " et puis " Comme un souffle fragile... ".

 

- Oui, je les connais tous les deux. Peut-être qu'il faudrait prendre le " Souffle " après l'Evangile puisque le chant parle de la Parole de Dieu. Mais il faut aussi des cantiques protestants. Je n'en connais pratiquement pas. Tiens regarde, voici deux recueils " Louange et Prière " et " Arc en ciel ". Qu'est-ce qu'on choisit là-dedans ? La discussion a duré des heures : Roméo et Juliette ont procédé par élimination successive : trop difficile à chanter des paroles trop gnan-gnan, ou trop pompier... Finalement ils s'arrêtent à " Confie à Dieu ta route " et puis " A toi la gloire " parce qu'Idelette, la maman de Juliette, l'aime beaucoup.

 

- Bon, c'est oncle Régis qui tirera sur son ordinateur des livrets à placer sur les chaises dans l'église. Et Andrée, la cousine de Juliette, a accepté de mener les chants parce que le curé chante un peu faux et surtout parce qu'il a dit que ce n'était pas à lui de tout faire ! Il a laissé le sermon au pasteur mais il remettra la Bible, recevra les consentements et donnera la bénédiction nuptiale. Et puis il assumera la bonne marche générale de la célébration puisque cela se passe " chez lui ".