Imprimer
Catégorie : Revue Foyers Mixtes
Affichages : 1063

Roméo et les cathos " Roméo va épouser une protestante ". La nouvelle s'est répandue dans le cercle familial. En voilà un événement ! Si ses parents, dissimulant tant bien que mal leur inquiétude, se font assez discrets, il n'en est pas de même de quelques autres membres de la famille. Il y a d'abord le parrain de Roméo, un vieil inspecteur des impôts, dont le métier n'a pas tué la causticité: le catho chez lui se réveille tout à coup et il considère de son devoir de mettre son filleul en garde.

- Ecoute, Roméo, tu m'aurais dit que tu avais déniché une belle Mexicaine ou même une noire opulente que ça m'aurait fait un choc, mais, après tout, pourquoi pas un peu d'exotisme ? Cela met du piment dans la vie. Mais une protestante ! ... C'est quoi d'abord un protestant ?

- Les protestants, oncle Régis...

- Je sais, je sais. C'est des gens qui ne veulent ni du pape, ni de la Vierge Marie, ni de la présence du Christ à la messe.

- Mais, oncle Régis, ils n'ont pas de messe... Ils célèbrent un culte...

- Eh bien, raison de plus ! Il n'y a pas de présence. C'est une autre religion.

_ Non, mon oncle, le père Ouvert nous a bien dit, à Juliette et à moi, que catholicisme et protestantisme sont la même religion chrétienne. La différence est plutôt, il a dit " confessionnelle ", moi je comprends que ce sont des accents qui sont placés différemment à l'intérieur d'une même foi en Jésus.

- La même foi ? Mais qu'est-ce que tu fais du pape et de la Vierge ?

- Je ne crois pas que le pape joue un grand rôle dans ma vie ni d'ailleurs dans la tienne, oncle Régis. Moi, j'ai l'impression que ce n'est pas ce qu'il y a de principal dans le catholicisme ni dans l'Evangile. Et pour la Vierge, Juliette a été épatée : le père Ouvert nous a montré deux petits bouquins écrits par un groupe de protestants et de catholiques - je n'ai pas retenu le nom du groupe - Document des Eglises 16 qui parlent ensemble de Marie.- Tu les as lus ?

- Non, pas encore, parce que j'ai l'impression que c'est fortiche. Mais j'aimerais bien - et Juliette accepte - que nous puissions le faire à l'intérieur du groupe œcuménique de Privas.

- Ah bon ! Et tu es déjà entré dans un temple ? _ Oui, le pasteur et le curé de Privas nous ont conseillé de faire chacun mieux connaissance avec les cérémonies des deux Eglises.

- Tu aimes ?

- Euh ! oui et non. J'aime parce que c'est plus simple qu'à la messe, plus direct. Je trouve aussi que le sermon du pasteur est souvent plus dense que l'homélie du père Ouvert mais il est aussi plus long... Mais je ne comprends pas pourquoi trois dimanches sur quatre, d'après ce que m'a dit M. Laccueil, on ne célèbre pas la sainte cène, comme ils disent. C'est trop uniquement des paroles.

- Dis donc, tu exagères. Tu leur reproches de ne pas communier et, toi, tu ne le fais pas souvent.- Justement ! C'est étrange mais les discussions avec Juliette me donnent envie d'être plus catholique et donc peut-être vais-je aller plus souvent à la messe et y communier. Et pour elle, c'est pareil dans l'autre sens : elle connaissait déjà assez bien les cérémonies catholiques. Forcément ! Mais elle m'a dit l'autre jour : " Tu sais, je me sens vraiment protestante et pourtant je n'ai pas de dégoût pour le catholicisme ".

- Tout ça, mon garçon, c'est du sentiment ! Vous êtes des amoureux, ça se comprend. Mais ils ne sont pas un peu rêveurs, votre curé et ce pasteur que vous dites si copains l'un avec l'autre. - Ecoute, parrain. Ce n'est sûrement pas aussi cool partout et depuis qu'on sait que je vais épouser Juliette, on me raconte des histoires de curés et de pasteurs qui se bouffent le nez, qui tirent la couverture chacun de son côté ou qui simplement s'ignorent complètement. Evidemment au détriment et au désespoir des fiancés qui viennent les voir. - Tu vois bien ! Et alors dans ces cas là qu'est-ce qu'ils peuvent faire les amoureux qui se font envoyer sur les roses par ces messieurs ? - Ecoute, parrain, je ne suis pas un spécialiste mais quelqu'un m'a dit que, dans chaque diocèse ou par région, il y a toujours un prêtre ou un pasteur ou une équipe œcuménique qui sont plus compétents. On peut avoir recours à eux.

Document des Eglises 17.

- Mais ces gens doivent être très occupés. - Il y a aussi des livres.

Document des Eglises 18.

A Privas, nous avons pris contact, Juliette et moi, avec un couple mixte. Ils ont déjà trois enfants. On a passé avec eux une soirée épatante. Ils nous ont raconté leur histoire : ils ont eu des difficultés mais ils s'en sont toujours sortis. Et ils nous ont dit qu'ils ont été aidés par un bulletin auquel ils sont abonnés : ça s'appelle Foyers Mixtes. C'est rédigé par des couples comme nous avec un pasteur et un prêtre. J'en ai parlé à maman qui m'a dit qu'elle allait nous y abonner.

- Déjà abonné ! Tu vas vite en besogne.

- Attend deux minutes, oncle Régis, je vais te chercher le dernier numéro que les amis de Privas m'ont prêté. C'est un " Calendrier 1998 ". Roméo monte à l'étage et revient avec une brochure bouton d'or sur laquelle se détache un gros titre rouge FOYERS MIXTES chrétiens. L'oncle feuillette le fascicule. Il sursaute.

- Eh bien mon vieux ! Ils sont gonflés. Tu as vu ce qu'ils te proposent. De célébrer l'Immaculée Conception avec Juliette. C'est elle qui va être ravie alors que - tu me l'as dit - elle n'ose même pas affirmer de Marie qu'elle est Mère de Dieu. Et de plus elle ne prie pas le "Je vous salue Marie " et elle ne fait même pas le signe de la Croix... Roméo reprend la brochure et, triomphant. - Oui, mais regarde page 25. On va célébrer ensemble la Fête de la Réformation. Ça c'est du fifty-fifty ou je ne m'y connais pas ! L'oncle reprend la brochure et, intéressé, il examine les thèmes des cahiers déjà publiés.

- J'ai l'impression que, dans cette revue, on traite un peu de tous les problèmes qui vont vous préoccuper : le pardon, le baptême, donner à nos enfants le goût de Dieu, Ah ! et "Tous... saints". J'aimerais bien savoir ce qu'ils écrivent sur ce thème ! - J'ai compris, parrain. Quand nous aurons lu les numéros de Foyers Mixtes, Juliette et moi, on te les refilera... Document des Eglises 19.