Imprimer
Catégorie : Revue Foyers Mixtes
Affichages : 1107

Juliette, vingt-deux ans, a rencontré Roméo, vingt-cinq. Ils se sont plus, revus et les voici faisant tout plein de projets... communs. Leurs études sont terminées. Après le bac Juliette, qui est Ardéchoise, a perdu un peu de temps en Fac de Droit à Montpellier en attendant l''apparition de l''heureux élu. Quant à Roméo, Grenoblois, il inaugure son premier poste de professeur de physique à Privas, capitale de l''Ardèche.

Au plan des sentiments comme du point de vue géographique, les conditions sont donc favorables. Allons-y pour le mariage !

Oui, mais si Roméo est d''origine catholique - ce qui est quasi " normal " en France - Juliette, elle, a poussé sur le rameau protestant réfugié naguère sur le plateau ardéchois. Et sans être ni l''un ni l''autre des " piliers de sacristie " ils tiennent à leurs racines. Roméo ne connaît pratiquement rien du protestantisme.Il ne sait même pas - il ne leur a jamais demandé - si, parmi ses camarades du lycée ou de fac, il y avait des protestants: la question religieuse n''était pas à l''ordre du jour. La famille de Juliette par contre, bien que fidèle à l''Eglise réformée de France depuis longtemps, a déjà connu des mariages qu''on appelle bizarrement " mixtes " , entendez composés de deux conjoints dont l''un est protestant et l''autre cathoIique. On dit aussi " mariage interconfessionnel " mais c''est peu euphonique; " mariage œcuménique ", qui n''est pas précis ; quant à " mariage inter Eglises " utilisé par les anglophones, il passe mal en français.

Document des Eglises 1.

La maman de Juliette lui a conseillé d''aller prendre conseil du pasteur de Privas. Qu''à cela ne tienne, Roméo se rendra de son côté à la cure catholique du même lieu.

- Mais c''est idiot d''aller chacun de son côté, s''exclame-t-il. Je t''accompagne chez le pasteur !

- D''accord. Après, on ira ensemble chez le curé.

 

Document des Eglises 2.

Chose dite, chose faite.

L''entrevue successive avec le pasteur, M. Laccueil, et le prêtre, le père Ouvert, fut chaleureuse bien que l''un et l''autre soient très occupés. La paroisse réformée est fort étendue et le curé, qui prend de l''âge et ne voit pas venir la relève, peine à tout assumer. Ce qui a " déçu en bien " (comme on dit dans le canton de Vaud) Roméo et Juliette, c''est qu''avec les deux hommes la conversation a été "humaine". Ils n''ont pas d''abord parlé de règlement, de discipline, de droit canon, d''obligation, d''interdiction... mais les deux ministres ont essayé, I''un et l''autre, de faire vraiment connaissance avec les jeunes gens en les laissant s''exprimer librement.

 

Document des Eglises 3.

Roméo et Juliette ont compris que le plus important était de se préparer à leur vie conjugale et familiale avant de chercher à mettre au point les détails du déroulement de la célébration nuptiale, même si la réservation du restaurant pour le repas festif impose de décider rapidement la date de la cérémonie. M. Laccueil a dit: " Un couple mixte c''est d''abord un couple, un couple comme tous les autres. Il aura peut-être quelques difficultés de plus qu''un autre couple mais, si tout va bien, il aura aussi des richesses particulière ". Donc, première étape: préparation d''une vie conjugale et familiale.

- Mais la différence des religions ?

- Des confessions, rectifie le pasteur : Le christianisme est divisé en plusieurs confessions (romaine, évangélique, orthodoxe) mais c''est la même religion chrétienne, différente des autres religions issues d''Abraham (judaïsme et islam) et orientales ou extrême-orientales (bouddhisme...). Donc en confessant le même Seigneur Jésus comme Dieu et Sauveur, on doit pouvoir s''entendre malgré des divergences de doctrines qui ne sont parfois que des différences de sensibilités ou des accentuations différentes à l''intérieur d''une même doctrine. Juliette est impatiente et elle plaide pour, bien vite, une réunion à quatre. Ce qui se fait.

Document des Eglises 4.

- Mais pour préparer le mariage, comment faire ? D''abord où le célébrer: au temple, à l''église, dans la nature... ?

C''est le père Ouvert qui prend la parole.

- Mes enfants, vous êtes libres. Le choix dépend de vous. Il faut simplement savoir que - pour une vieille raison qui remonte au XVIe siècle - si votre mariage est célébré au temple, il ne sera reconnu par l''Eglise catholique que moyennant une dispense préalable accordée par l''évêque parce que, selon le code de droit canonique, un catholique doit se marier devant un prêtre, en principe le curé de sa paroisse ou un autre prêtre délégué par lui.

 

Document des Eglises 5.

- Mais peut-on organiser une célébration avec un prêtre et un pasteur ?

Document des Eglises 6.

 

- Oui, répondent ensemble M. Laccueil et le père Ouvert, mais pour que le mariage ait une dimension, une ouverture œcuménique il n''est pas nécessaire qu''il y ait participation des deux ministres. Comme si la présence d''un seul était insuffisante ! Cependant, si vous le souhaitez pour de bonnes raisons (par exemple, pour manifester publiquement que l''un et l''autre vous voulez garder le lien avec votre Eglise d''origine qui reste votre Eglise) le pasteur et le prêtre peuvent participer l''un et l''autre - s''ils en ont le temps matériel - à votre union. -Mais pratiquement ? - Si vous vous mariez au temple, dit M. Laccueil, le prêtre pourra intervenir par des lectures bibliques, un moment de méditation, une prière d''intercession, etc. - De même à l''église catholique, ajoute le père Ouvert, la répartition des moments de la célébration peut être décidée d''un commun accord. Mais nous demandons que, dans ce cas, ce soit le prêtre qui reçoive les consentements et prononce la bénédiction nuptiale. Rien n''empêche toutefois le pasteur de remettre la Bible, de prononcer une prière et même, si vous le souhaitez, de faire le sermon.

Document des Eglises 7.

 

- Est-ce qu''il existe des modèles de célébration à suivre ? demande le pratique Roméo. - On peut naturellement s''inspirer de célébrations vécues par d''autres avant vous, répond le père Ouvert, ou utiliser les schémas proposés par des manuels interconfessionnels. Mais, à mon avis, ce qui est le meilleur, c''est que vous bâtissiez vous-mêmes votre célébration : elle est unique. Si vous êtes au temple, il faut prendre la liturgie protestante comme point de départ. Et à l''église, le rituel catholique. Mais, quant à moi, je suis tout à fait prêt à accueillir vos suggestions.

 

Document des Eglises 8.

 

- Ne pensez-vous pas, interrompt M. Laccueil, que la première chose à faire est pour vous de choisir le ou les textes bibliques qui donneront le " la " à la symphonie de votre mariage ? Vous avez une Bible ? - Oui, répond Juliette. Mais je ne la connais pas assez pour y trouver du premier coup les textes que je souhaite. Roméo, lui, reste silencieux. Il cherche dans sa tête : il est à peu près convaincu qu''il n''y a pas de Bible dans sa chambre. - Nous sommes prêts à vous aider reprend le père Ouvert. Il existe entre autres un album catholique de Fêtes et Saisons qui suggère une trentaine de passages de l''Ancien et du Nouveau Testaments parlant du mariage et des qualités du mariage : amour, solidité, unicité, fidélité, bâti sur le roc... Mais vous êtes libres de choisir d''autres passages et même, en plus, un beau texte profane. - Je conseille volontiers, poursuit M. Laccueil, Vivre et aimer qui est l''œuvre de protestants d''Alsace. Il y a une introduction (Pourquoi une célébration à l''église ?) et une liturgie. Avec encore des textes bibliques, des prières et des cantiques. Je connais aussi une publication interconfessionnelle de Suisse, Célébration œcuménique du mariage, qui a un caractère plus officiel et est sans doute moins immédiatement pratique ; mais elle propose un schéma liturgique pour mariage interconfessionnel .

 

Document des Eglises 9.

 

L''horizon s''éclaircit. Roméo toutefois, par une nouvelle question, relance les inquiétudes. - Et si c''est au temple, on peut célébrer la messe de mariage ? Les deux ministres sourient et c''est M. Laccueil qui précise : - Au temple, il n''y a pas de messe. La messe est une expression catholique pour désigner ce que nous appelons la sainte cène. Or dans notre pays, la coutume de l''Eglise réformée n''est pas de lier le mariage et la communion eucharistique, contrairement à l''Eglise catholique. - Précision, interrompt le curé. L''Eglise catholique prévoit que le sacrement de mariage peut être reçu soit dans le cours d''une messe, soit indépendamment de la messe. Voyez mon rituel: sur la page de droite " Mariage avec messe", sur celle de gauche " Mariage sans messe ". Jusqu''à ces dernières années, il est vrai, la grande majorité des mariages étaient conjoints à la messe. Mais l''évolution va vers une multiplication des mariages " secs " si je puis dire.

 

L''expression était malheureuse ; elle fait bondir Juliette.

 

- Mais je ne veux pas d''un mariage au rabais ! Si Roméo et moi choisissons de nous marier à l''église catholique

 

- nous ne savons pas encore

 

- je veux une belle messe avec l''orgue. Le père Ouvert sourit.

- Une célébration de la Parole peut être ample et belle. Ce n''est pas du tout forcément une cérémonie de deuxième ordre. Elle sera belle si elle est bien préparée par vous et par nous et vécue avec foi par tous les assistants. Roméo pose de nouveau la bonne question : - S''il y a une messe, tout le monde peut communier ?

 

- Non, répond le père Ouvert. Ce n''est pas encore possible. Malgré les progrès accomplis dans le mouvement œcuménique le catholicisme et le protes-tantisme reconnaissent encore des différences entre eux sur l''eucharistie ou, plus précisément, sur la qualifica-tion du ministre qui préside cette eucha-ristie. C''est pour cela qu''il ne va pas de soi qu''un protestant communie à une messe catholique. Et encore moins qu''un catholique prenne la sainte cène au temple. Une ombre passe sur le visage de Juliette et de Roméo.

- Pourtant, maman m''a dit qu''elle avait communié à l''église catholique un jour à Lyon, pour la Semaine de prière en janvier.

- Et moi je suis prêt à communier au temple, renchérit Roméo qui ne veut pas être en reste. C''est M. Laccueil qui réagit :

- L''Eglise réformée est disposée à accueillir à la sainte cène tous les chrétiens qui discernent dans le pain et le vin le Corps et le Sang du Seigneur. Donc elle accueille tout le monde.

 

Document des Eglises 10.

L''Eglise catholique a une position différente : ce ne peut être que de manière exceptionnelle, donc dans des circonstances précises, qu''elle offre la communion à des non catholiques.

 

Document des Eglises 11.

 

Et j''ajoute : l''Eglise orthodoxe, elle ne le fait jamais. Roméo et Juliette ont le sentiment d''être pris au piège. Ils se rassérènent peu à peu en écoutant les précisions du père Ouvert. - Nos Eglises ne sont pas encore parvenues à un accord parfait dans ce domaine. C''est pour cette raison, pour éviter des problèmes de conscience, que dans un document qu''elles ont rédigé ensemble à l''usage de ceux - fiancés et ministres - qui préparent une célébration œcuménique de mariage, elles recommandent - sans l''imposer - une célébration de la Parole sans la messe.

Voyez, je prends les indications catholiques dans le document commun Pastorale commune des foyers mixtes : " On emploiera habituellement le rite du mariage sans messe. Une célébration de la Parole correspondra mieux, en effet, à la situation des fiancés et de ceux qui les entourent, car elle permettra à tous de se trouver réunis dans une prière commune. En outre, il ne serait pas opportun de célébrer un mariage mixte au cours de la messe, puisque cela pourrait paraître, au premier moment du mariage, un manque de respect à la conscience du non catholique et des membres de son Eglise ou communauté. Ceux-ci, de toute façon, ne pourraient pas y participer pleinement ", c''est-à-dire ne pourraient pas y communier sacramentellement. M. Laccueil enchaîne : - Les luthériens et les réformés en France ont entériné cette prise de position catholique. Lisez dans nos Recommandations : " Pour le mariage dans l''Eglise catholique la législation actuelle prévoit habituellement le rite du mariage sans messe "..

Et nous commentons : " On expliquera aux fiancés que cette mesure n''est pas dictée par un souci de discrimination, mais est à juste titre inspirée par le respect de la conscience de la partie protestante et de sa famille qui se trouveraient dans l''impossibilité de participer pleinement à une célébration eucharistique " (NRP 3b).

Roméo réagit. - Je suis sûr que grand'' maman sera furieuse... ou très triste s''il n''y a pas de messe à mon mariage. Ça va faire un drame.

- C''est à Juliette et à toi de régler ce problème, reprend le père Ouvert. Du point de vue de l''Eglise catholique, je te le redis, la célébration de la messe, si elle n''est pas conseillée dans ton cas, reste possible.

Ecoute ce que dit la Pastorale commune : " Si les circonstances le demandent, en particulier si la partie non catholique, après en avoir parlé avec son ministre, voit dans une absence de messe une mesure de discrimination, on peut, du consentement de l''Ordinaire du lieu, suivre les rites de la célébration du mariage pendant la messe, en observant les prescriptions de la loi générale pour ce qui concerne la communion eucharistique ". Pour la troisième fois le téléphone sonne avec insistance.

Roméo et Juliette prennent congé de M. Laccueil et du père Ouvert après qu''un nouveau rendez-vous ait été fixé pour le mois suivant. Les deux fiancés reçoivent comme mission de chercher ensemble les lectures bibliques qu''ils veulent entendre et méditer le grand jour. Il leur faudra aussi dialoguer entre eux pour déterminer, dans le respect de la conscience de l''un et de l''autre, le lieu du mariage : église ou temple ?

Et puis, peut-être, déjà songer à l''attitude qu''ils prendront à l''égard de leurs futurs enfants. Du pain sur la planche ! Mais ils espèrent trouver de l''aide au sein du groupe de foyers mixtes de Privas qui les a invités à une choucroute-débat.