Imprimer
Catégorie : Revue Foyers Mixtes
Affichages : 1138

1. Mariages divers

2. Pastorale en commun

3. Vocation du foyer mixte

4. A quatre

5. Forme canonique

6. Avec prêtre et pasteur

7. Rôle du prêtre et du pasteur

8. Personnaliser la liturgie

9. Brochures utiles

10. Communion ouverte

11. Hospitalité exceptionnelle

12. Se convertir ?

13. Faire son possible

14. Déclaration d'intention

15. Exemple de déclaration

16. Marie et le Groupe des Dombes

17. Pasteurs compétents

18. Livres à lire

19. La revue Foyers Mixtes

20. Un seul mariage

21. Textes non bibliques

22. Rituel des alliances

23. Inscription dans les registres

24. Mariés pour la vie

25. Groupes de foyers mixtes Abréviations

 

Documents des Eglises

 

Mariages divers

1. L'Eglise catholique distingue le mariage d'un catholique 

avec un autre chrétien baptisé (mariage dit naguère "de religion mixte", 

expression aujourd'hui contestée) et le mariage célébré entre un catholique 

et un non chrétien (mariage dit naguère "avec disparité de culte" ou 

simplement "disparat". Ni l'Eglise catholique ni, avec des nuances, 

les autres Eglises ne traitent de la même manière les mariages selon 

qu'ils sont contractés entre chrétiens ou entre un chrétien et un non 

chrétien.

 

Pastorale en commun 

2. "La pastorale des fiancés et des foyers mixtes doit être assurée en 

commun par les deux Eglises. Elle implique que tous les membres de l'Eglise, 

les laïcs comme les responsables, prennent conscience de leur responsabilité. 

La collaboration du prêtre et du pasteur peut revêtir des formes diverses" 

(PC no 9).

 

Vocation du foyer mixte

3. "Les Eglises ont eu longtemps une attitude de défense vis-à-vis des 

mariages mixtes. Sous l'impulsion du mouvement œcuménique elles ont pris 

conscience de ce qu'elles partagent en commun et ont évolué vers un assouplissement 

de leurs législations respectives. Cette attitude, encore bien loin de 

se vérifier partout, renouvelle déjà profondément les questions qui leur 

sont posées par l'existence concrète des foyers mixtes. Dès lors, la vocation 

des foyers mixtes s’éclaire d’une autre lumière. Ils peuvent constituer 

un véritable "tissu conjonctif" qui lie entre elles les Eglises encore 

séparées" (EV n° I).

 

A quatre 

4. "C'est dès la préparation au mariage et, si possible, dès les fiançailles 

que doit être mise en œuvre la pastorale commune. Il importe avant tout 

d'attirer l'attention des fiancés sur la signification du mariage chrétien 

et les responsabilités qu'il implique. La catéchèse pré-nuptiale ne saurait 

donc se limiter à la préparation d'une "cérémonie" ; elle comporte un 

enseignement relatif à la doctrine chrétienne du mariage telle qu'elle 

est présentée par les Eglises et une information sur les dispositions 

disciplinaires qui en sont la conséquence. Chaque fois que cela sera possible, 

cet enseignement et cette information seront assurés par le pasteur et 

le prêtre. Ils pourront donner lieu à des entretiens séparés ou en commun 

de manière à aider les fiancés à réfléchir, à se dégager des éventuelles 

pressions familiales ou sociales, puis à prendre ensemble, librement, 

leurs responsabilités. Les fiancés devront en effet non seulement décider 

du lieu de la célébration mais aussi se déterminer par rapport aux axes 

majeurs du mariage chrétien et en particulier envisager ce qu'ils croient 

et espèrent pour l'instruction chrétienne de leurs enfants" (PC n°13). 

 

 

Forme canonique 

5. "Seuls sont valides les mariages contractés devant l'Ordinaire du lieu 

[l'évêque] ou bien devant le curé, ou devant un prêtre ou un diacre délégué 

par l'un d'entre eux, qui assiste au mariage, ainsi que devant deux témoins" 

: c'est ce que l'Eglise catholique appelle la "forme canonique" du mariage 

dont elle peut dispenser (DC can. 1108 §1). "Si de graves difficultés 

empêchent que la forme canonique soit observée, l'Ordinaire du lieu de 

la partie catholique a le droit d'en dispenser dans chaque cas particulier, 

après avoir cependant consulté l'Ordinaire du lieu où le mariage est célébré, 

et restant sauve pour la validité une certaine forme publique de célébration". 

(DC can. 1127 §2). 

 

Avec prêtre et pasteur 

6. "Un mariage mixte doit toujours être célébré dans un esprit œcuménique 

et dans le respect des sensibilités particulières. La manifestation et 

les signes de cet esprit peuvent varier. Il n'a rien à voir avec un égalitarisme 

superficiel. De toute manière, la célébration est toujours présidée par 

un seul ministre, celui de l'Eglise dans laquelle le mariage a lieu. Même 

si aucun autre ministre n'y participe, cette célébration peut être véritablement 

œcuménique. La présence de l'autre communauté peut aussi être signifiée 

par la participation active d'un ou de plusieurs laïcs. Toutefois, sans 

considérer la participation du deuxième ministre ni comme un "droit", 

ni comme une obligation, prêtres et pasteurs resteront accueillants à 

la requête des fiancés qui la souhaitent pour des raisons spirituelles. 

Dans ce cas la participation du deuxième ministre sera déterminée en fonction 

d'une recherche commune où l'équilibre apparaîtra plus dans l'harmonie 

de la Célébration que dans le temps de parole qui lui sera attribué". 

(PC n°22). 

 

Rôle du prêtre et du pasteur 

7. Le ministre non catholique peut intervenir au cours de la célébration 

catholique par des lectures, des paroles de vœux et d'exhortation et par 

des prières en commun. Il est également permis, lorsque la dispense de 

forme canonique a été accordée, que le prêtre catholique qui en aurait 

été prié, non seulement assiste au mariage à titre amical, mais intervienne 

en quelque manière au moment opportun" (NRC n° 15). "Il va de soi que 

l'intervention d'un ministre de l'autre Eglise ne peut être considérée 

dans l'état actuel des choses comme habituelle ou envisageable dans tous 

les cas. Dans certains cependant, des motifs pastoraux peuvent y conduire." 

Les Eglises luthériennes ajoutent: "Essentiellement lorsqu'il s'agit de 

fiancés qui sont l'un et l'autre solidement ancrés chacun dans sa confession. 

Des mobiles purement sentimentaux ou mondains, par contre, entraîneront 

normalement un refus pastoralement motivé" (NRP n°4).

 

Personnaliser la liturgie 

8. "La diversité des couples est très grande et leur attachement aux Eglises 

plus ou moins solide, parfois presque inexistant. Prêtres et pasteurs 

tiendront naturellement compte de cette diversité. De toutes façons, ils 

prépareront soigneusement la célébration avec les fiancés. En s'inspirant 

de la liturgie de l'Eglise dans laquelle elle aura lieu, ils s'efforceront 

de la personnaliser en l'adaptant à chaque cas. Ils aideront les fiancés 

à trouver eux-mêmes les textes bibliques lus et médités au cours de la 

cérémonie, à préparer les prières de louange et d'intercession, à choisir 

les chants, etc." (PC n° 2 1). 

 

Brochures utiles 

9. Notre mariage à l'Eglise (Album Fêtes et Saisons), Cerf. Vivre et aimer, 

Commission de la pastorale conjugale et familiale des Eglises protestantes 

d'Alsace et de Lorraine, Strasbourg, 1997. Célébration œcuménique du mariage, 

Editions Saint-Paul, 1994. 

 

Communion ouverte 

10. "Pour mieux manifester que notre Eglise est ouverte aux hommes, nous 

nous réjouissons d'accueillir à la communion du Seigneur tous ceux qui, 

membres ou non de notre Eglise, veulent s'en approcher, en discernant 

dans la Cène le corps et le sang du Christ" (décision n' XVI du synode 

national de l'Eglise réformée de France, Orthez, 1963). Les autres Eglises 

protestantes ont adopté, dans leur grande majorité, la même position. 

 

 

Hospitalité exceptionnelle 

11. "Bien que les époux d'un mariage mixte aient en commun les sacrements 

du baptême et du mariage, le partage eucharistique ne peut être qu'exceptionnel 

et l'on doit, en chaque cas, observer les normes concernant l'admission 

d'un chrétien non catholique à la communion eucharistique, de même que 

celles concernant la participation d'un catholique à la communion eucharistique 

dans une autre Eglise". (DIRC n' 160).

 

En France une Note de la Commission épiscopale pour l'unité approuvée 

par le Conseil permanent de l'épiscopat le 14 mars 1983 se résume à deux 

propositions "qu'on ne saurait séparer l'une de l'autre sans trahir le 

sens du texte" : 1. "Une hospitalité eucharistique entre catholiques et 

protestants ne peut pas être habituelle". 2. "Elle peut être envisagée 

dans certains cas exceptionnels" (FM n' 71, p. 36-38). 

 

 

Se convertir ? 

12. "On ne peut exclure l'éventualité de la "conversion" de l'un des conjoints 

à l'Eglise à laquelle appartient l'autre conjoint. Il faut se montrer 

réservé à l'égard de ces "passages" avant le mariage - bien qu'on ne puisse 

les éliminer de manière systématique - parce qu'ils risquent d'être inspirés 

avant tout par le désir de supprimer des obstacles placés devant une union 

à laquelle on tient. Après le mariage, pareils "passages" sont moins ambigus 

; ils peuvent procéder, pour l'un ou l'autre des époux, ou pour le couple, 

d'une évolution spirituelle grâce à une recherche loyale de la volonté 

du Seigneur dans la vérité. En pareille circonstance, la collaboration 

confiante du pasteur et du prêtre pourra aider au discernement de cette 

démarche" (PC n° 25). 

 

Faire son possible 

13. "Faire son possible est une expression souvent mal comprise. Elle... 

connote des limites et des contours précis. Il ne s'agit ni de faire l'impossible, 

ni de faire le maximum possible, mais ce qui est "possible" dans une situation 

concrète donnée, elle même conditionnée par un contexte familial, social 

et ecclésial déterminé. Il n'est pas question de forcer ou d'emporter 

une décision envers et contre tout, mais de voir et de décider, dans un 

cas particulier, ce qu'il est possible de faire sans mettre en péril d'autres 

valeurs essentielles ou prioritaires telles que le respect de la conscience 

de l'autre, les chances de l'éveil chrétien des enfants et, par dessus 

tout, l'unité du couple que pourrait compromettre une exigence unilatérale 

de l'un des membres mal acceptée par l'autre" (EV n° V).

 

Pour les évêques suisses : "L’éducation religieuse des enfants est l'affaire 

et le devoir des deux parents. C'est pourquoi le conjoint catholique ne 

peut pas à lui seul promettre que les enfants seront de fait baptisés 

et élevés dans la foi catholique. Mais il doit avoir l'intention d'œuvrer 

dans ce sens, en tenant compte de ce qu'il lui est possible de faire dans 

les circonstances concrètes du foyer" (FM 71, p. 33).

 

Pour les évêques belges : "Chaque époux doit confronter sa propre conviction 

avec celle de son conjoint, conviction souvent aussi profonde et aussi 

exigeante que la sienne. Seule une réflexion honnête et sincère faite 

en commun par les fiancés avant le mariage et poursuivie dans la suite, 

pourra peu à peu les éclairer ; elle les amènera à se fixer une ligne 

de conduite qui tienne compte de toutes les possibilités concrètes de 

donner aux enfants une éducation chrétienne vraiment fructueuse... Il 

pourrait donc se faire qu'au terme d'un sérieux échange de vues, les partenaires 

décident, après avoir pris conseil, que les enfants seront baptisés et 

éduqués dans la confession de la partie non catholique" (FM 71, p. 33-34). 

 

 

Déclaration d'intention 

14. "Déclaration d'intention : telle qu'elle a été conçue ce n'est pas 

un document administratif à faire signer et à joindre au dossier. Elle 

doit être comme la charte du futur foyer. Elle sera donc aussi personnalisée 

que possible. Toutes les fois où cela s'avère possible, laisser les fiancés 

rédiger eux-mêmes cette déclaration. Au besoin les aider à trouver les 

mots pour formuler leur pensée. Parfois, une déclaration commune paraît 

souhaitable. Sa rédaction suppose et exige un dialogue loyal et fécond 

entre les deux auteurs. Les entretiens préalables auront préparé cette 

rédaction en portant sur le respect mutuel (y compris dans l'expression 

de la foi), l'éducation des enfants, l'insertion du couple et de ses enfants 

dans la vie des Eglises et du monde" (DIRS : Directoire canonique et pastoral 

pour les actes administratifs des sacrements, point 5, 1994 (Commission 

épiscopale pour l’unité des chrétiens)). 

 

 

Exemple de déclaration 

15. Voici un "exemple" de déclaration commune proposée par l'épiscopat 

français (FM n' 71, p. 25) :

 

 

1. En présence de Dieu et dans l'Eglise à laquelle nous appartenons par 

notre baptême,

moi……… …………………….………catholique et moi…...…………………………………

nous voulons, librement, constituer une communauté de vie et d'amour, 

et nous l'acceptons, dans le Christ, une, indissoluble, féconde, dans 

la fidélité totale et le soutien mutuel.

 

2. Nous nous engageons à approfondir notre foi et à respecter la foi et 

la pratique religieuse de notre conjoint.

 

3. Nous acceptons les enfants qui pourront naître de notre union. Nous 

les éduquerons humainement et chrétiennement avec le meilleur de nous-mêmes, 

nous leur ferons connaître et aimer Jésus-Christ, nous les formerons au 

respect et leur donnerons la connaissance de nos deux Eglises.

 

Nous avons pleinement conscience de l'exigence, pour chacun d'entre nous, 

de la foi de notre Eglise qui nous pousse à vouloir que nos enfants participent 

à cette foi par le baptême et l'éducation.

 

Nous savons que la promesse qui est demandée à celui de nous deux qui 

est catholique de "faire tout ce qui dépend de lui pour que ses enfants 

soient baptisés et élevés dans l'Eglise catholique" doit être accomplie 

dans les circonstances concrètes de notre foyer. Ce qui signifie que, 

dans un dialogue loyal et dans le respect des raisons et des convictions 

religieuses de chacun d'entre nous, nous devons prendre ensemble une décision 

que nous pourrons tous deux approuver en conscience.

 

4. C'est bien un foyer chrétien que nous voulons bâtir, et nous croyons 

que notre amour nous appelle à dépasser notre égoïsme et à nous mettre 

au service des autres pour que, éclairés par l'Evangile et soutenus par 

nos Eglises, nous travaillions avec tous pour plus d'amour, de justice 

et de paix.

 

A……………..le…………………………………….

 

Signature du catholique :

 

Signature du chrétien non catholique :

 

Signature du prêtre :

 

 

 

 

Marie et le Groupe des Dombes 

16. Groupe des Dombes, Marie dans le dessein de Dieu et la communion des 

saints,

1. Dans l'histoire et l'Ecriture, Il. Controverse et conversion, 2 vol. 

104 et 100 p., 1997 et 1998, Paris, Bayard Editions - Centurion, 55 FF 

le volume.

 

Pour faciliter la lecture de ces deux volumes, il existe un cours de FOI 

(Formation œcuménique interconfessionnelle) "Marie dans le dessein de 

Dieu", huit chapitres rédigés par le pasteur Alain Blancy et le père Joseph 

de Baciocchi ; correction des devoirs (en option) par des membres du Groupe 

des Dombes. Le cours entier: 385 FF (chèque bancaire ou postal à l'ordre 

du Centre Saint Irénée, 2, place Gailleton, 69002 Lyon). 

 

 

Pasteurs compétents 

17. "Il faut souhaiter que des prêtres et des pasteurs de plus en plus 

nombreux soient en mesure d'aider les fiancés et les foyers mixtes grâce 

à la formation qu'ils auront reçue dans ce but au Séminaire et à la Faculté 

de théologie, ou par d'autres moyens ; grâce aussi à une information constamment 

tenue à jour" (PC n' 10). La "Pastorale commune" poursuit en demandant 

aux prêtres et aux pasteurs d'être "disponibles au dialogue", d'avoir 

une "ouverture d'esprit œcuménique", de "faire preuve d'un discernement 

spirituel et psychologique", enfin d’entretenir dans toute la mesure du 

possible de solides et loyales relations d'amitié dans la confiance mutuelle".

 

La "Pastorale commune" rappelle qu'il existe au plan national français 

un Secrétariat catholique pour l'unité et des délégués dans chaque diocèse 

et région apostolique. De même du côté protestant, un responsable des 

questions œcuméniques au plan national est aidé par des correspondants 

dans les différentes régions.

Secrétariat catholique : Père Christian Forster, 80, rue de l'Abbé Carton, 

75014 Paris

Tél. 01 53 90 25 50 - Fax 01 45 42 03 07

Secrétariat protestant : Pasteur Geoffroy de Turckheim, 47, rue de Clichy, 

75311 Paris Cedex 09 - Tél. 01 44 53 47 23 - Fax 01 42 81 40 01 

 

Livres à lire 

18. "Les foyers interconfessionnels", Fêtes et Saisons, n' hors série, 

1993.

René Beaupère, L’œcuménisme, Le Centurion, 1991.

Michel Leplay, Foi et vie des protestants, Desclée de Brouwer, 1996. 

 

La revue Foyers Mixtes 19. Téléphoner à la revue Foyers Mixtes pour avoir 

la liste des numéros disponibles.

Tel. 04 78 38 05 07. 

 

 

Un seul mariage 

20. "Il est interdit qu'ait lieu, avant ou après la célébration canonique, 

une autre célébration religieuse de ce même mariage pour donner ou renouveler 

le consentement matrimonial ; de même, il n'y aura pas de célébration 

religieuse où l'assistant catholique et le ministre non catholique, chacun 

accomplissant son propre rite, demandent ensemble le consentement des 

parties" (DC, canon 1127 § 3). 

 

"Quelle que soit l'Eglise dans laquelle le mariage sera célébré, il est 

rappelé qu'aucune autre cérémonie ne saurait être admise pour une nouvelle 

bénédiction et le renouvellement des consentements" (NRP § 3a, FM 71, 

p. 43). 

 

 

Textes non bibliques

21. L’amour. Textes non bibliques pour le mariage, Paris, Ed. de l'Atelier, 

1994.

Le couple. Textes non bibliques, même éditeur, 1996. 

 

Rituel des alliances 

22. Rituel catholique : "Bénédiction des alliances" 

 

1re formule : "Roméo et Juliette, que le Seigneur bénisse vos alliances 

et vous garde tous les deux dans l'amour et la fidélité". 

2e formule : "Seigneur, notre Dieu, toi qui as fait Alliance avec nous 

par Jésus-Christ, bénis maintenant ces alliances et donne à Roméo et Juliette 

qui les porteront à leur doigt de se garder toujours une parfaite fidélité". 

 

3e formule : "Seigneur, bénis Roméo et Juliette, sanctifie-les dans leur 

amour. Et puisque ces alliances sont le signe de leur fidélité, qu'elles 

soient aussi le rappel de leur amour. Par le Christ notre Seigneur". 

 

 

Inscription dans les registres 

23. DIRS : Directoire canonique et pastoral pour les actes administratifs 

des sacrements, point 9, 1994 (Commission épiscopale pour l’unité des 

chrétiens)).

 

NRP n' 5 (FM n' 71 p. 43) : "Les mariages mixtes étant enregistrés au 

même titre que les autres dans les registres paroissiaux, les pasteurs 

délivreront aux époux un extrait d'acte de mariage, afin qu'ils puissent 

en faire notification à la paroisse d'origine de l'époux catholique. D'autre 

part les pasteurs, recevant des curés ayant célébré un mariage mixte notification 

de cette déclaration, la classeront en annexe du registre des mariages. 

Cet échange d'information aura l'avantage de permettre par la suite un 

meilleur établissement de la pastorale commune des foyers mixtes". 

 

 

 Mariés pour la vie 

24. AC n° 7 et 8:

"7. L’engagement matrimonial est voulu par les chrétiens permanent et 

définitif. Cette indissolubilité, les époux chercheront à la vivre dans 

la foi. Ils renouvellent sans cesse leur fidélité et leur don mutuel, 

à l'image et par la force de la fidélité et du pardon de Dieu.

8. Mais cet effort peut être insuffisant. Même généreux et éclairé, il 

peut échouer. L’alliance conjugale peut se vider de tout amour. Dans cette 

situation, se posent aux conjoints et à l'Eglise des problèmes douloureux 

marqués par le péché. L’Eglise peut être amenée à prendre acte de la dislocation 

du foyer. 

 

 

Il reste à savoir si et quand le lien conjugal est pour autant détruit 

au point qu'un nouveau mariage chrétien puisse être envisagé. 

 

a) L’Eglise catholique reconnaît comme totalement indissoluble le mariage 

sacramentel et consommé de deux baptisés. Cependant elle déclare nuls 

des mariages apparents, en particulier quand elle constate chez l'un au 

moins des partenaires le manque soit d'un consentement réel, soit de l'aptitude 

physique ou psychique au don conjugal plénier. Quand elle ne peut reconnaître 

une véritable alliance chrétienne dans un remariage, les divorcés remariés 

ne peuvent pas pour autant être abandonnés par elle : ils restent l'objet 

de son souci fraternel et de son aide pastorale. 

b) Pour les Eglises de la Réforme, l'Eglise est appelée à tenir compte 

des situations d'échec. Elle y exerce son ministère. La bénédiction d'un 

remariage ne va pas de soi et ne peut être autorisée qu'après examen de 

chaque cas particulier par les commissions synodales compétentes. La grâce 

de Dieu peut alors être appelée sur ce couple. De telles mesures n'impliquent 

pas une approbation du divorce. 

 

Quand une Eglise estime devoir refuser de bénir un mariage de divorcés, 

ceux-ci restent l'objet de son souci fraternel et de son aide pastorale". 

 

 

 

Groupes de foyers mixtes 

25. "Les conseillers spirituels aideront chacun des conjoints à participer, 

aussi largement que possible, à la vie de sa propre Eglise. Mais en même 

temps, il faut tendre à une présence effective et à une participation 

du couple en tant que tel dans chacune des deux communautés chrétiennes, 

afin que les époux découvrent la vie spirituelle dont l'un et l'autre 

ont à être nourris" (PC n° 26). 

"Le groupe de foyers mixtes pourra jouer un rôle privilégié d'accueil 

et d'accompagnement pour des fiancés ou pour tel couple qui viendront 

y vivre une expérience importante, même provisoire. 

D'autre part, les recherches spirituelles, théologiques et pastorales 

poursuivies par le groupe pourront contribuer à développer et à resserrer 

les liens qui se tissent entre les Eglises. 

Tout en veillant à la vie du groupe, à l'impact de sa recherche sur ses 

membres et sur l'Eglise, les conseillers spirituels sauront aussi rappeler 

aux foyers mixtes quelle est leur place dans les communautés paroissiales. 

Ainsi sera évitée la tentation d'une "troisième Eglise" ou d'une "secte 

œcuménique" (PC n° 34). 

 

 

 

Abréviations

AC : Accord doctrinal sur le mariage (Comité mixte catholique-protestant), 

1972. Cf FM no 71 p. 60-63.

DC : Droit canonique.

DIRC : Directoire catholique romain pour l'application des principes et 

des normes sur l'œcuménisme, 1993.

DIRS : Directoire canonique et pastoral pour les actes administratifs 

des sacrements, 1994. Cf dans ce no page 30-32.

EV : Engagement et vocation des foyers mixtes (Commission épiscopale pour 

l'unité), 1980. Cf FM no 71 page 28-35.

FM : Revue Foyers Mixtes. Le no 71 est indispensable.

NRC : Nouvelles recommandations catholiques, 1970-1984. Cf FM no 71, page 

13-27.

NRP : Nouvelles recommandations protestantes, 1970. Cf FM no 71, p. 39-44.

PC : Pastorale commune des foyers mixtes (catholiques et luthériens-réformés), 

1977. Cf FM no 71, page 45-57. 

    

'