Imprimer
Catégorie : Pour les jeunes
Affichages : 1026

"Souvenez-vous que l'oecuménisme n'est ni une mode passagère, ni une façon mondaine de brader un héritage spirituel, mais une volonté d'approfondissement et d'enracinement de la foi au contact de celle des autres." 

Pasteur Daniel Atger (1988)

 

"L'oecuménisme est une exigence de l'Evangile, radicale, absolue. Elle vient de Dieu qui veut rassembler dans l'unité ses enfants dispersés. Cette exigence est aujourd'hui une priorité parce qu'elle est en notre siècle un appel (...). Pas seulement des rencontres fraternelles pour lesquelles il faut rendre grâce à Dieu. Ni une action commune dans un but social entre frères qui se sauraient divisés sur l'essentiel. Pas davantage un débat d'idées, pourtant nécessaire, sur des divergences d'interprétation. Moins encore la recherche d'un accord sur une position minimale commune. Mais un appel de l'Esprit de Vérité." 

Cardinal Albert Decourtray (1990)

FOYERS MIXTESCE QUE NOUS SOMMESCE QUE NOUS CROYONS

Des couples comme les autres... ou presque ! L'un est catholique, l'autre protestant et chacun des deux désireux de garder et d'approfondir sa confession dans sa pratique, dans sa spiritualité. 

Situation insoluble ? Sûrement pas ! 

Découvrir les points communs et les différences génère bien des surprises : on en connaît, on en ignore, on peut s'étonner ensemble, on peut approfondir ensemble. Ce chemin de découvertes, lorsqu'il est vraiment partagé, est un espace conjugal riche de complicités nouvelles. 

Il ne s'agit ni de renoncer à nos convictions respectives, ni de masquer la réalité de nos différences, ni de tenter benoîtement quelque amalgame théologique qui serait "pratique". Encore moins de créer une troisième Eglise. 

Non ! Il s'agit bien d'être soi, tout simplement, en recherche sincère et exigeante d'une foi commune autour d'un Christ commun qui nous a dit : "Aimez-vous. Soyez unis".

Cet appel ardent à l'unité qui ne signifie pas fusion, prend encore davantage son sens avec nos enfants : ils savent nos différences, ils savent nos points communs. Nous leur faisons partager nos cheminements, ils découvrent les particularités spirituelles et confessionnelles de chacun. Plutôt dans le respect et l'ouverture d'esprit que dans l'opposition ou la souffrance du choix. Ce sont souvent eux d'ailleurs qui posent les questions essentielles, celles qui nous obligent à approfondir, à partager, à avancer. Avec l'aide de nos ministres, prêtres et pasteurs.